Qu’elles soient difficiles ou qu’il s’agisse juste d’une mini période d’inconfort, nos épreuves nous challengent mais elles nous aussi un accès considérable. Elles permettent de grandir, de transcender, d’apprendre et d’élargir notre champ de conscience. Pour ce faire, encore faut-t’il pleinement accepter de les vivre avec toutes les émotions et les incompréhensions qu’elles nous font traverser.

Lorsque nous passons une étape, que nous vivons une épreuve difficile ou qu’un quelconque changement arrive dans notre vie, nous sommes bien souvent trop pressés de passer à l’étape suivante pour vite remonter. Pire, nous fuyons en refusant de regarder en face ce qu’il se passe.

Toutefois, j’ai constater que plus nous accueillons et traversons nos états et plus nous avançons vite. Comme un grand plongeon dans les profondeurs de nous-mêmes qui nous donnerait l’élan de passer une nouvelle porte pour la suite de l’aventure. C’est assez incroyable !

Dans le cas contraire, en reniant et en refusant de vivre nos souffrances, nous porterons des poids considérables que nous n’arriveront même plus à discerner. C’est un peu comme si nous croulions sous des couches et des couches de douleur et que nous ne sommes même plus capables de savoir ce qui déclenche tel comportement ou telle émotion.

Selon moi, plus nous fuyons, plus l’étape suivante (ou la prochaine épreuve) secoue plus fort et ce, uniquement parce que nous bloquons nos émotions.

Nous pensons bien souvent que nous devons nous extraire de nos émotions (surtout lorsqu’elles sont négatives) et quoi de plus normal lorsque nous vivons dans une société qui renie totalement tout ce qui appartient à l’être humain (les sensations, les émotions, les fragilités et l’humanité).

Lorsqu’un choc ou un traumatisme nous tombe dessus, ce sont justement nos émotions qui nous permettent de transcender cette épreuve. Si nous les rabrouons, il se forme au fond de nous comme un bouchon émotionnel qui stagne et qui ressortira puissance 10 dès que nous allons à nouveau être confronté à une situation d’inconfort ou de fragilité (aussi minime soit-t’elle). C’est un peu comme laisser trainer ses affaires dans sa maison et ne jamais prendre le temps de ranger. Au bout d’un moment, le manque de clarté est considérable et on ne saura même plus quoi correspond à quoi ni où se trouve le tee shirt auquel nous tenions tant.

Ne pas se juger et se laisser le temps de traverser nos épreuves, là est la clef.!

L’importance de vivre ce que nous avons à vivre dans la plus grande des bienveillance avec nous-mêmes.

Puis, après, on peut continuer de sautiller d’un pas léger.

🎬 En vidéo, c’est ici…

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez